Une occasion unique pour une “Europe Souveraine, Unie et Démocratique” Appel aux chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne. Adopté par le Comité fédéral de l’UEF, 22 octobre 2017, Paris

Une occasion unique pour une “Europe Souveraine, Unie et Démocratique”

L’Europe a besoin d’un projet pour assurer son unité, sa prospérité, sa sécurité, sa place dans le monde. Dans un discours à l’Université Sorbonne le 26 septembre 2017, le président de la République française Emmanuel Macron a fait des propositions ambitieuses pour une « refondation » vers une « Europe souveraine, unie et démocratique ». Il a donné voix à nos espoirs communs d’une Europe unie, avec un avenir radieux, à la hauteur des défis auxquels notre continent est confronté dans le monde globalisé moderne. C’est une opportunité historique à saisir, pour vous et tous les citoyens européens.

Le président Macron a proposé de « partager la souveraineté » dans six domaines clés. Domaines où les Européens sont confrontés à des défis communs et où ils bénéficieraient d’une « Europe souveraine, unie et démocratique » : une sécurité et défense contre les menaces internes et externes, une gestion de notre frontière européenne commune, la politique étrangère pour l’Afrique et le Moyen-Orient, le développement durable, l’innovation et surtout notre Union économique et monétaire, le « cœur de la puissance économique mondiale de l’Europe »« outre les réformes nationales, l’Europe a besoin des instruments pour en faire un espace de croissance et de stabilité, avec un budget lui permettant de financer des investissements communs et d’assurer la stabilité en cas de chocs économiques ».

Le président français a également appelé à des progrès dans les domaines de la convergence sociale et fiscale et a souligné la valeur de la culture et du savoir. Il a attaché une importance particulière au caractère démocratique de l’UE en renforçant le rôle du Parlement européen et par le développement des « Conventions démocratiques qui seraient des débats nationaux et locaux sur des questions communes pour six mois en 2018 ».

L’annonce du président Macron de lancer un « groupe de la refondation européenne », comprenant tous les États membres partageant de telles ambitions et impliquant les institutions de l’Union européenne devrait être poursuivie sans délai. Tous les pays de l’Union européenne ne sont peut-être pas disposés à entreprendre de telles avancées en même temps. Mais ceux partageant ces ambitions ont un devoir de faire le premier pas et d’ouvrir la voie.

Nous nous félicitons également fortement du discours de M. Juncker sur l’état de l’Union européenne du 13 septembre 2017 et sommes d’accord sur le fait que tout progrès possible dans le cadre des traités actuels devrait être entrepris, tout en préparant leurs nécessaires changements. Le budget de la zone euro devrait également être décidé par le Parlement européen, il soutiendrait ainsi la convergence économique dans la zone euro et en particulier dans les pays rencontrant des difficultés économiques. La Commission européenne devrait créer un mécanisme facilitant l’adoption de l’euro par les pays qui n’ont pas encore adhéré à la monnaie commune, entre autres par le biais d’une ligne dédiée dans le budget de l’UE.

L’Union des fédéralistes européens soutient les propositions du président français. L’engagement des citoyens est une priorité essentielle pour le succès de cette initiative. Trop de citoyens ont été relégués, déçus par une Europe dans l’incapacité de résoudre des problèmes importants faute d’unité, de pouvoirs et de ressources. L’UEF a organisé des campagnes de terrain pour une Europe souveraine, unie et démocratique depuis sa fondation il y a soixante-dix ans, étant la première et, pendant longtemps, la seule organisation luttant pour l’élection directe des eurodéputés, des frontières ouvertes, la monnaie unique européenne et la Constitution européenne.

Nous nous engageons à consacrer notre expérience unique à la réalisation de cet ambitieux projet de refondation européenne. Nous saluons particulièrement et nous contribuerons à la proposition du président Macron de « Conventions démocratiques » pour débattre de la portée de la refondation de l’Europe comme première étape essentielle. Les propositions de réformes devraient être au centre de la campagne pour les élections du Parlement européen en mai 2019 : un débat large, ouvert, démocratique et véritablement européen pour ouvrir la voie aux décisions à la suite des élections.

P.-S.

Traduction par Noé Déthier.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :