Les tribunes sont des contributions individuelles de membres de l’association au débat et ne reflètent pas nécessairement les positions de celle-ci.

Mémoires d’un fédéraliste convaincu Rencontre avec Jean-Pierre Gouzy

, par Caroline Iberg

Billet de initialement publié sur le blog de Caroline Iberg, co-secrétaire générale de la section suisse de l’UEF

Alors que nous traversons une période charnière de l’histoire de l’Union européenne, il est bon de se replonger dans les prémisses de celle-ci. C’est ce que nous avons fait, mes collègues du Nomes et moi, le 3 juillet dernier, en nous rendant à Paris. Nous y avons rencontré Jean-Pierre Gouzy, 91 ans, ancien journaliste et fédéraliste convaincu.

Nous avons rendez-vous à 11h sous la coupole du Grand Hôtel de Paris. Très vite, il nous plonge dans ses souvenirs du lendemain de la Guerre – « j’avais alors 22 ans et étais journaliste » - à l’heure où tout était à (re)faire en Europe. À l’époque, raconte-t-il, il régnait une grande attraction pour le fédéralisme. L’objectif était l’organisation de la paix, il fallait éviter de réitérer les bêtises faites avant la Guerre et transcender les clivages gauche-droite. Parmi les pays impliqués, la Suisse était très présente dans les discussions et faisait office d’exemple pour les fédéralistes. C’est donc tout naturellement que suite à deux premières conférences qui eurent lieu en septembre 1946 à Hertenstein en Suisse, puis une en octobre de la même année à Luxembourg, que les fédéralistes décidèrent de fonder l’Union européenne des fédéralistes (UEF) et de se réunir pour un premier Congrès à Montreux en 1947.

Deux cents délégués et observateurs de seize nationalités participent au Congrès de Montreux. Jean-Pierre Gouzy l’évoque avec animation : l’Allemagne et l’Autriche étaient représentées pour la première fois depuis la Guerre dans un congrès international sur un pied d’égalité avec d’autres européens (et non en simples observateurs). La France était venue avec 17 groupes, l’Italie 7. Quant à la Suisse, elle avait des représentants de Bâle et de Lausanne et présidait le Congrès. Jean-Pierre Gouzy souligne également que les Britanniques étaient certes présents, mais « en curieux », respectant ainsi la volonté énoncée par Winston Churchill dans son discours de Zurich en 1946 selon laquelle la Grande-Bretagne devait rester un observateur bienveillant : « la Grande-Bretagne, le Commonwealth des nations britanniques (…) doivent être les amis et les protecteurs de la nouvelle Europe et défendre son droit à la vie et à la prospérité. »

Lors du Congrès, une motion de politique générale fut adoptée, revendiquant la constitution d’un gouvernement fédéral européen. En outre, le professeur suisse Denis de Rougemont, énuméra les principes du fédéralisme dans un discours que M. Gouzy décrit comme capital : renoncement à toute hégémonie, renoncement à tout esprit de système, sauvegarde des minorités, préservation des qualités propres à chaque entité fédérée. À noter également que les textes adoptés à Montreux furent précurseurs sur plusieurs points. Ainsi, Jean Monnet fut inspiré par l’idée de collectivité européenne de richesse pour la fondation de la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier, alors que la notion de « fédération économique de l’Europe » fut reprise en 1957 pour le traité de Rome et en 1968 pour l’Acte unique européen.

Nous quittons Jean-Pierre Gouzy en milieu d’après-midi, après trois heures d’un retour passionnant 70 ans en arrière. Par ses souvenirs, il nous a rappelé que c’est dans une Europe en ruine, remplie d’espoir(s) européen(s) que s’est tenu le Congrès de Montreux et que Denis de Rougemont avait déclaré : « les États prétendus souverains sont impuissants à résoudre leurs problèmes et, en cherchant des solutions purement nationales, ont réussi seulement à plonger leurs peuples dans la misère, à faire perdre aux citoyens leurs libertés personnelles et à créer ainsi une situation dangereuse qui peut mener à chaque instant à une catastrophe terrible et peut-être définitive. » En 2016, dans une Europe post-Brexit, ces paroles sont plus actuelles que jamais.

Pour aller plus loin

P.-S.

Photo Nomes. Debout de gauche à droite : Jacques-André Tschoumy à gauche et André-Lou Sugàr. Assis : François Mennerat, Jean-Pierre Gouzy, Caroline Iberg.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :