Les tribunes sont des contributions individuelles de membres de l’association au débat et ne reflètent pas nécessairement les positions de celle-ci.

Bon anniversaire 25 mars 1957 : signature du traité de Rome

, par Dominique Thaury

Quel bel âge ! 57 ans aujourd’hui et toujours d’actualité…

Eh oui, il y a 57 ans était signé, le 25 mars 1957, dans la salle des Horaces et des Curiaces du Capitole à Rome, le traité instituant la Communauté économique européenne (modifié en 2007 par le traité de Lisbonne).

Le dernier protagoniste de cette aventure a disparu ces jours derniers : Maurice Faure, grand européen devant l’Éternel, fédéraliste convaincu et négociateur habile et infatigable puis signataire de ce traité de Rome.

Que ces quelques lignes soient aussi un hommage que l’UEF puisse lui rendre.

Ce traité visait avant tout à relancer l’Union entre les 6 pays qui avaient signé le traité de Paris en 1951 mais qui avaient buté sur la Communauté européenne de Défense en 1954. Le rejet français de la CED a fait planer un certain nombre de doutes sur l’avenir de l’Europe mais, grâce, essentiellement, aux propositions du Benelux à la Conférence de Messine en 1955, les 6 ministres (de la CECA à cette époque) peuvent relancer l’idée européenne. Un énorme travail est effectué en quelques mois, sous la direction énergique et éclairée de P.H. Spaak (ministre belge des Affaires étrangères), autour de l’idée suivante :

L’économie fera le lien entre les peuples européens

En mars 1957, le traité de Rome (240 articles) est présenté aux diverses délégations.

Les signataires se déclarent, entre autres :

  • déterminés à établir les fondements d’une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens ;
  • décidés à assurer, par une action commune, le progrès économique et social de leurs peuples en éliminant les barrières qui divisent l’Europe ;
  • résolus à affermir... la paix et la liberté, et appellent les autres peuples d’Europe qui partagent leur idéal à s’associer à leur effort...".

Ce traité est complété par un autre traité par lequel les 6 créent la Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom) qui vient compléter le traité de la Ceca dans le domaine de l’atome, et par conséquent, dans l’énergie.

Aujourd’hui, ce traité, modifié 5 fois (traité de fusion, Acte unique, Maastrich, Amsterdam et Nice) a servi de socle au traité de Lisbonne en 2007.

Quand on regarde ce qui s’est passé au cours de ces 57 ans on ne peut qu’être admiratif de l’imagination qu’on put avoir ces « obsédés » de l’Europe pour arriver à échafauder ce texte fondateur de l’Union européenne d’aujourd’hui.

On ne peut, en revanche, qu’être déçu par le manque d’ardeur que nos gouvernants actuels mettent à avoir une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens… il manque un souffle qui donnerait de l’âme aux projets européens et qui réveillerait les consciences européennes.

À quand la création d’une Union européenne de l’Énergie, à quand une véritable armée européenne, à quand un vrai responsable des Affaires étrangères européennes ? La crise de l’Ukraine nous a bien montré qu’en agissant chacun de notre côté, nous n’étions que des nains…profitons-en pour réagir !

Redonnons du pouvoir au Parlement européen et à la Commission, soutenons-les dans leurs initiatives qu’elles soient économiques, sociales ou politiques du moment qu’elles aillent dans le sens voulu par les Pères fondateurs : la Paix, le Progrès économique social et la Supranationalité autrement dit : le Fédéralisme.

Dominique Thaury

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :