Une fois de plus, le Conseil européen décide de ne rien décider Combien de temps l’Europe pourra-t-elle encore survivre dans cette impasse sans fin ?

Une fois de plus, le Conseil européen décide de ne rien décider

Communiqué de l’UEF-Europe.

Dans cette lutte pour trouver une solution commune à la crise migratoire et pour améliorer la protection de notre frontière, le Conseil européen a encore une fois échoué à instaurer la volonté politique et la motivation nécessaires pour faire avancer la législation de l’UE en ce domaine. Malgré des progrès obtenus en s’attaquant aux causes des départs dans des États en crise et la lutte contre les trafics humains, quelques États membres de l’Union refusent encore de prendre leurs responsabilités et de se battre pour une solidarité européenne partagée. Cette situation est une honte pour la gouvernance européenne.

Pour la zone euro, silence de mort…

Une fois de plus, donc, les Chefs d’État et de gouvernements ne se sont montrés capables que de décider à l’unanimité de… ne rien décider.

« Cette Union européenne doit devenir plus forte avant qu’il ne soit trop tard » commente Elmar Brok, président de l’Union des Fédéralistes européens. « Les nationalistes et les populistes tiennent de plus en plus l’Europe en otage. L’UE a besoin d’un sursaut, sa gouvernance doit être renforcée par la création d’une véritable union politique. C’est la seule solution si nous voulons que l’Europe puisse agir avec efficacité et se rapprocher de ses citoyens ».

« C’est aussi la raison pour laquelle une réforme de la zone euro est si importante » ajoute Brok. « Afin d’achever l’UEM (Union économique et monétaire) et la rendre plus résistante et plus attirante, une union économique et politique est nécessaire de toute urgence. Le marché unique à 27 peut encore être approfondi et amélioré, mais il fonctionne déjà assez bien ; c’est à partir du moment où nous devons traiter de questions telles que les politiques économiques, ou les migrations, ou les politiques étrangères et de sécurité, que l’Europe doit absolument devenir plus forte et plus unie. La seule façon possible de commencer à renforcer politiquement l’UE est de partir du cadre de l’UEM ».

Par leur déclaration de Meseberg, la France et l’Allemagne ont commencé à montrer la voie à suivre. Mais d‘autres propositions plus concrètes sont maintenant nécessaires. Au cours des prochaines élections européennes, les partis qui appuient l’unité européenne doivent parvenir à partager un vigoureux projet politique européen : en partant de réformes économiques et politiques de la zone euro, jusqu’aux changements nécessaires pour rendre la coopération dans des domaines tels que les migrations ou la politique étrangère et de sécurité plus efficaces.

« Si nous voulons donner un coup d’arrêt au nationalisme et au populisme, nous devons leur opposer une vision européenne solide. C’est maintenant, ou bien cela pourrait être trop tard » conclut Brok.

P.-S.

Traduction par François Mennerat.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :