Qui veut sortir de l’euro veut réduire l’Italie à la misère

Alors que le Mouvement 5 étoiles du populiste Bepe Grillo propose la sortie de l’Italie de l’euro, le Movimento Federalista Europeo (UEF-Italie) a diffusé ce communiqué de presse, depuis adopté à l’unanimité par le Comité fédéral de l’Union des Fédéralistes Européens (UEF-Europe) réuni à Bruxelles les 12 et 13 décembre.

En France aussi l’extrême-droite prône la sortie de l’Union européenne et de l’euro. Ce projet est suicidaire, mortifère. Sa mise en œuvre détruirait soixante ans de construction européenne. Certes inachevée, elle a permis la paix, la démocratie, la solidarité et même la prospérité . En revenant à nos vieilles monnaies nationales, nous retournerions à une vassalisation des États sous l’emprise du mark et du dollar et à une paupérisation aggravée des peuples devant rembourser leurs dettes et régler leurs importations (énergie, et tant d’autres choses...) dans des monnaies dévaluées.

La fin de l’euro, principale réussite fédérale de l’Union européenne, nous sortirait de l’Histoire, sans projet ni solidarité, face aux États-continents émergents, puissants démographiquement, énergétiquement et financièrement.

L’UEF-France dénonce avec force ces propositions irresponsables et dangereuses et demande au contraire que l’on accélère le processus d’intégration européenne dans une voie fédérale pour accompagner et bénéficier pleinement de l’euro. Il y va de la survie de nos valeurs.


Qui veut sortir de l’euro veut réduire l’Italie à la misère.

Assez de mensonges et de remèdes d’apprentis sorcier du Mouvement 5 étoiles (M5S).

Communiqué de l’UEF-Italie repris et adopté par l’UEF-Europe.

Il est contraire à toute logique d’affirmer et de vouloir faire croire :

  • que l’Italie regagnerait sa souveraineté monétaire en sortant de l’euro et en retournant à la lire (voire aux monnaies des petits États italiens du seizième siècle) ;
  • que l’on créerait par magie plus d’emplois, plus d’investissements, plus de développement, plus de bien-être social simplement en créant plus de dette et en imprimant de la monnaie de singe ;
  • que l’Italie, comme tout autre pays de la zone euro, pourrait se sauver tout seul et entrer dans une nouvel âge d’or en sortant de l’Europe dans un monde toujours plus interdépendant et multipolaire.

Celui qui veut réellement dépasser la crise et relancer le développement et l’emploi doit se battre pour consolider l’unité monétaire dans une véritable union fédérale, contrôlée démocratiquement par les citoyens, et arrêter de faire passer pour réalistes les recettes nationalistes du siècle passé qui ont échoué.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :