Le jour d’après Summer Reception de l’UEF, à Bruxelles le 3 septembre 2013

Deux cents personnes rassemblées dans le patio au numéro 25 du square De Meeûs. Invitée d’honneur : Viviane Reding, vice-présidente de la Commission, qui nous gratifie d’une longue intervention.

Paroles fortes, enflammées, déclenchant des applaudissements nourris.

« Le jour d’après ».

Que va-t-il se passer le 26 mai 2014 (et les jours suivants) ?

Pour la première fois, le traité de Lisbonne va s’appliquer. Espérons que les chefs d’État et de gouvernement, qui l’ont - presque [1] - tous signé, l’ont bien lu, car ils vont devoir l’appliquer ! Pour la première fois, la Commission va devoir être constituée comme un gouvernement. Cela ne s’est jamais produit jusqu’ici.

Son président sera désigné par le Parlement. Il serait bienséant que les « ministres » de ce gouvernement fussent choisis parmi les parlementaires qui viendront d’être élus. « Pour ma part, et comme les autres fois, nous dit Viviane Reding, je me mettrai en congé de ma fonction de commissaire pour me présenter aux suffrages des citoyens européens de mon pays. »

Dans tout système démocratique parlementaire, la constitution d’un gouvernement se fait en plusieurs étapes. Au Luxembourg comme en Belgique, un « informateur » est désigné, dont la tâche consiste à proposer diverses hypothèses de coalitions majoritaires en fonction des résultats électoraux. Ensuite, un « formateur » est chargé de former le gouvernement qui se présente alors devant le parlement.

« Le jour d’après », qui sera l’« informateur » ?

Aujourd’hui, les 2/3 des citoyens européens disent que leur voix n’est pas entendue en Europe. Nous devons faire en sorte que, cette fois-ci, 90 % des citoyens se sentent écoutés.

Notes

[1Ceux, en tous cas, qui étaient en fonction à l’époque !

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :