Hongrie : nos élus agissent pour la protection des droits fondamentaux des Européens

Hongrie : nos élus agissent pour la protection des droits fondamentaux des Européens

La section française de l’Union des fédéralistes européens (UEF-France) accueille avec satisfaction le vote, mercredi 12 septembre 2018, par le Parlement européen, d’une résolution invitant le Conseil à constater, conformément à l’article 7.1 du traité sur l’Union européenne, l’existence d’un risque clair de violation grave par la Hongrie des valeurs sur lesquelles l’Union est fondée.

Voilà une bonne chose de faite. Le dirigeant hongrois Viktor Orbán qui reçoit un nouvel avertissement pour son comportement inacceptable au regard des valeurs européennes qui sont le fondement de l’adhésion de son pays à l’Union européenne.

« Le Premier ministre hongrois joignait depuis des mois la parole aux actes pour détruire les fondements démocratiques en Hongrie et partout ailleurs. Et ce ne sont ni la pusillanimité de ses homologues européens, ni la honteuse tolérance du PPE à son égard, parti européen dont le Fidesz est membre, qui l’auraient freiné. », constate Rémi Lauwerier, membre du bureau de l’UEF-France

Le vote du Parlement européen, acquis à une large majorité, pourrait avoir à terme pour conséquence de suspendre la Hongrie de droits accordés par les traités européens (y compris son droit de vote au Conseil). Cela constitue un premier pas vers juste direction : car il est question ici de l’adhésion aux valeurs fondatrices de l’Union, que sont la paix, la démocratie et l’État de droit.

En tant que citoyens Européens, il nous appartient de défendre les droits de nos concitoyens de Hongrie, comme ceux de tous les Européens lorsque les gouvernements ne respectent pas les libertés fondamentales.

L’UEF-France regrette que certains députés européens aient choisi de soutenir Orbán en s’abstenant ou en s’opposant à la résolution. Cette posture incite à s’interroger sur la réalité de leur attachement aux valeurs démocratiques.

L’UEF-France rappelle que le traité, en maintenant la possibilité pour une minorité de bloquer une décision en raison de la règle de l’unanimité, demeure insuffisant et qu’il n’est pas tolérable que des sanctions puissent être repoussées en raison de l’opposition d’un seul autre gouvernement. Elle appelle donc dans ce domaine, comme dans d’autres, à une révision des traités et à la fin de la règle inique de l’unanimité.
Alors que les principes démocratiques doivent être à nouveau affirmés en Europe, nous invitons nos concitoyens à se mobiliser pour rejeter dans les urnes tous ceux qui ne les respectent pas lors des élections européennes de 2019 et à soutenir en priorité les candidats qui s’engagent à demander une réforme radicale et indispensable de l’Union européenne dans le sens du fédéralisme, afin d’approfondir la démocratie et de donner enfin des moyens pour mener des politiques publiques à même de répondre aux attentes et aspirations de ses citoyens.

P.-S.

Photo : DAINA LE LARDIC © European Union 2018 - Source : EP

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :