Grèce : l’Europe des Nations tue l’euro

, par Fabien Cazenave

L’Union des Fédéralistes européens (UEF-France) est en colère devant le gâchis grec. Les victimes de cette situation seront avant tout les citoyens européens, grecs ou non.

« L’Europe intergouvernementale, c’est-à-dire l’Europe, des Nations coule le bateau européen », explique Fabien Cazenave, porte-parole de l’UEF-France. « La sortie de la Grèce de l’Euro pourrait faire exploser l’Europe mais les chefs d’Etats et de gouvernements se font des ultimatums entre eux comme si la solution pouvait se trouver autrement qu’ensemble ».

L’Europe des Nations c’est lorsque :

  • des dirigeants nationaux veulent administrer des mesures encore plus dures à un pays déjà au bord de l’explosion sociale
  • des dirigeants grecs se font élire sur des mensonges tout en faisant croire aux citoyens qu’il suffit de dire non pour que les partenaires européens changent d’avis
  • les sommets de la dernière chance s’enchaînent pendant plusieurs années sans qu’une solution réellement européenne ne soit prise en compte
  • on explique en France que les responsables de cette tragédie grecque, ce sont « Bruxelles » et « Merkel » comme si la France n’avait jamais participé aux réunions.

La liste pourrait être plus longue encore sans le sentiment amer que ce gâchis grec provoque. On risque l’explosion du système bancaire en Grèce et des déflagrations dans tous les pays de l’Union européenne. Comme toujours dans la crise grecque, c’est la seule institution supranationale à caractère fédéral, la Banque Centrale Européenne, qui maintient ce pays à flot. Mais jusqu’à quand ?

Nous demandons à ce que les dirigeants européens et nationaux prennent conscience de l’impasse intergouvernementale dans laquelle ils se trouvent. C’est le moment d’avancer concrètement vers une vraie gouvernance de la zone euro, la création de ressources propres de l’Union et d’un ministre européen des finances. Celui-ci serait à la fois vice-président de la Commission et président de l’Eurogroupe. Cela permettrait enfin d’obtenir un contrôle sur son action du Parlement européen, représentant des citoyens et seul organe directement élu au niveau européen.

« Ce n’est pas l’Europe de l’austérité qu’il faut renverser, mais bien l’Europe des Nations pour faire une autre Europe, la vraie, la Fédération européenne » explique Fabien Cazenave. « Une Europe où le Conseil européen ne décide pas après une réunion derrière des portes closes mais avec un gouvernement responsable devant un parlement élu par les citoyens. Une Europe où nous ne serions plus des nationalités différentes mais des citoyens voguant sur le même bateau ».

P.-S.

Contact presse : Fabien Cazenave - 06 66 66 02 24

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :