Disparition de Ernest Wistrich, une figure du fédéralisme britannique

, par Paolo Vacca

Nous avons été informés par nos amis de Federal Union au Royaume Uni que Ernest Wistrich était décédé la nuit de jeudi à l’âge de 92 ans.

Ernest Wistrich constituait, avec John Pinder qui est décédé il y a deux mois, la force motrice du fédéralisme britannique depuis plusieurs décennies. Dans ses mémoires, Spinelli se souvient de Pinder comme la force intellectuelle et de Wistrich comme du moteur organisationnel des organisations fédéralistes britanniques des années 60 et 70.

Ernest a grandi dans une famille juive aisée dans la Pologne d’avant-guerre et s’installa en Angleterre peu de temps avant la deuxième guerre mondiale, attrapant le dernier train à travers la Pologne, avant l’invasion nazie. Son épouse, Edit, devint membre de Federal Union, durant les années 50, en tant qu’étudiante de la London School of Economics. Ernest rejoignit plus tard le camp pro-européen avec Britain in Europe, la plate-forme de campagne créée à la fin des années 50 pour faire campagne en faveur de l’adhésion à la Communauté économique européenne. Il fut l’une des forces dirigeantes dans la campagne du referendum et pour l’adhésion à la Communauté économique européenne.

À partir de ce moment, il resta l’un des leaders et un fédéraliste actif au sein de Federal Union et du Conseil britannique du Mouvement européen et de leur plate-forme européenne, l’UEF et le MEI.

Avec John Pinder, il joua un rôle important dans le processus qui conduisit à la refondation de l’UEF en 1972 en aidant à rassembler les organisations fédéralistes qui s’étaient divisées en 1956. Il resta actif à l’UEF jusqu’à la fin des années 90. La dernière fois que je me souviens de lui à l’occasion d’un événement de l’UEF, c’était au Congrès européen de l’UEF à Gênes, en 2004, bras dessus, bras dessous, avec John Pinder, tous les deux bien fragiles mais vifs comme d’habitude.

Vous pouvez lire ci-après un court article qu’il a écrit sur l’histoire de Federal Union et ci-après un de ses derniers articles sur un sujet très actuel jusqu’à aujourd’hui : Steps toward a federal UK.

Parmi ses livres :

C’est finalement une année triste pour le fédéralisme au Royaume Uni.

C’est une autre partie de l’histoire de notre mouvement qui s’en va. Et c’est un autre rappel pour les plus jeunes d’entre nous de prendre la responsabilité de faire vivre cette organisation et de la rendre combative.

P.-S.

Traduction par Jean-Luc Prevel.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :