Union bancaire : un pas vers le fédéralisme

L’UEF-France salue les avancées importantes sur l’Union bancaire. Même si l’accord conclu le 18 décembre entre les Chefs d’Etat et de gouvernement ne marque pas encore le grand soir fédéral. Il est cependant une étape qu’il faut.

Désormais, 130 banques des pays membres de la zone euro vont être soumises à des règles communes en matière de sauvetage des établissements en difficulté.

Fini le temps où l’argent public était le seul rempart contre la faillite.

L’objectif de cette Union bancaire est clair : faire appel d’abord aux actionnaires et aux détenteurs de dettes souveraines, ensuite aux clients dont les dépôts dépassent 100 000 €, enfin à un Fonds de résolution alimenté par les banques elles-mêmes. « Que les banques paient pour les banques plutôt que les contribuables » souligne Michel Barnier, le Commissaire européen en charge des services financiers.

Après le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), le Mécanisme européen de stabilité (MES) et la désignation de la Banque centrale européenne (BCE) comme superviseur bancaire de la zone euro, voici un nouveau pas vers une supranationalité que ne peuvent renier les fédéralistes.

L’UEF-France, aujourd’hui, s’en félicite.

Lyon, le 21 décembre 2013

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :