Corse : pour une République française respectueuse du principe de subsidiarité

Corse : pour une République française respectueuse du principe de subsidiarité

Le Président de la République se déplace aujourd’hui en Corse dans un contexte où l’électorat de l’île adonné une majorité absolue des voix et des sièges aux candidats autonomistes.

L’Union des fédéralistes européens France souhaite dans ce contexte souligner son attachement aux principes d’autonomie et de subsidiarité à tous les niveaux.

Tous les États voisins de la France permettent à leurs citoyens de bénéficier d’institutions où les régions disposent de larges compétences ce qui leur permet de mener dans certains domaines des politiques publiques plus au contact des préoccupations des citoyens. C’est le cas naturellement de la Belgique, de l’Allemagne, et de la Suisse qui sont des États fédéraux. Mais aussi dans les États unitaires que sont Italie, Espagne et Royaume-Uni.

Chaque question doit être résolue au niveau auquel elle peut l’être le plus efficacement : Europe, État mais aussi région ou commune. Ainsi les entités territoriales infra-étatiques doivent-elles pouvoir bénéficier d’une autonomie suffisante pour mener leurs propres politiques publiques dans certains domaines.

Chaque personne se situe au cœur de plusieurs communautés humaines. Les fédéralistes affirment que cette réalité doit être reconnue et prise en compte dans l’organisation de la société et des institutions. Ils s’opposent ainsi radicalement à l’idéologie nationaliste qui tente d’imposer la prééminence voire l’exclusivité de l’appartenance à une seule communauté dite nationale.

En Europe, l’autonomie est la norme et le jacobinisme centralisateur une triste exception. Dans le cas de la Corse, nous devons observer qu’il existe une demande particulière dans le sens d’une autonomie accrue pour l’île de la part de ses citoyens.

L’UEF-France demande donc qu’un dialogue véritable s’instaure entre les autorités de l’État et celles de la Corse et que soit étudié un nouveau modèle républicain, qui pourrait par la suite être étendu sur le continent et outre-mer, prévoyant une nouvelle répartition des pouvoirs fondée sur le principe fédéraliste de subsidiarité. Une telle approche implique naturellement une véritable et profonde modification de la Constitution française afin qu’elle puisse être conforme aux standards des démocraties voisines.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :