Le non-envoi des professions de foi pour les Européennes serait un sabotage démocratique Communiqué — Paris, le 19 septembre 2013

L’Union des fédéralistes européens (UEF-France) dénonce la volonté, confirmée par plusieurs sources ministérielles, du gouvernement, de ne plus adresser aux citoyens français les professions de foi des candidats aux élections européennes devant se dérouler le dimanche 25 mai 2014. Cette décision serait prise par mesure d’économie dans le cadre de la programmation de la loi de finance.

Alors que le risque d’abstention à l’élection européenne risque d’être important encore une fois, ne plus informer, directement, chez eux, les Français, est une initiative incompréhensible s’étonne Alain Réguillon, président de l’UEF-France. Pour la première fois, les partis politiques européens sont invités à présenter leur candidat à la présidence de la Commission européenne, institution qui a vocation à devenir le gouvernement de l’Union explique Alain Réguillon.

Le traité sur le fonctionnement de l’Union prévoit en effet que le Conseil européen devra proposer un président issu de la majorité élue au Parlement européen, lequel devra accorder sa confiance à celui-ci.

Cette mesure vient s’ajouter au choix de la date de dépôt des candidatures, le 2 mai 2014, à trois semaines de l’élection, qui ne laissera pas un temps suffisant pour mener la campagne. Postérieure à l’élection municipale elle peut aussi inciter les recalés du suffrage universel à chercher un siège de secours qu’ils abandonneront dès que l’occasion s’en présentera.

Comme par hasard, cette décision concernerait uniquement le débat européen alors que les professions de foi seront envoyées pour les municipales quelques semaines avant constate Fabien Cazenave, porte-parole de l’UEF-France. Tout ceci n’est pas sérieux. Si le gouvernement cherchait délibérément à saboter le débat démocratique sur l’élection européenne, il ne procéderait pas autrement.

L’Union des fédéralistes européens demande que les pouvoirs publics changent radicalement d’orientation et se mobilisent pour donner toute sa place au débat nécessaire sur les politiques à mener au niveau de l’Union européenne dans les 5 prochaines années.

P.-S.

Mise à jour (20/09 13:00) : Nous apprenons avec satisfaction l’arbitrage rendu par le Premier ministre annoncé par le ministre des Affaires européennes sur Europe1 ce matin en faveur du maintien de l’envoi du courrier électoral contenant les professions de foi. En savoir plus sur Le Taurillon.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :