Lampedusa : à quand une vraie politique migratoire européenne ? Communiqué — Paris, le 05 octobre 2013

L’Union des fédéralistes européens (UEF-France) refuse de considérer le drame de Lampedusa comme une affaire « italienne ». La mort de plusieurs milliers d’émigrants à nos frontières espagnoles et italiennes depuis quelques années doit nous faire réagir. La coordination sur les politiques migratoires ne suffit plus.

À force de vouloir garder leurs prérogatives nationales sur les questions migratoires, l’ensemble des États européens fait porter sur l’Italie, l’Espagne, Malte et la Grèce la responsabilité du contrôle de nos frontières communes, explique Fabien Cazenave, porte-parole de l’UEF-France. Les passeurs, qui sont souvent également des narcotraficants, profitent de nos divisions pour exploiter la misère humaine.

L’UEF-France appelle à ne plus considérer le contrôle des frontières comme une question nationale mais bien européenne avec les moyens financiers, matériels et humains qui vont avec. Avoir une vraie politique européenne sur les flux migratoires permettrait de réduire la pression sur nos « portes d’entrées », mais cela demande plus qu’une simple coordination. D’autant plus que certains pays auront demain besoin d’une immigration du fait de leur faible natalité. Les égoïsmes nationaux doivent arrêter de prévaloir sur l’intérêt général européen !

Voilà encore une démonstration de l’impuissance et de l’immobilisme de cet amoncellement d’États-nations divisés et morcelés. Ils sont totalement incapables de régler seuls un problème de cette dimension. L’UEF-France exhorte les instances européennes à faire pression sur les États-membres pour honorer enfin les valeurs morales d’humanisme et de solidarité pour lesquelles l’Europe s’est construite depuis 60 ans

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :