Dimanche noir pour l’arc jurassien franc-comtois et suisse

Appel du 11 février de l’Arc jurassien Réunis à La Chaux-de-Fonds (Suisse) : le NOMES-Neuchâtel, le Mouvement Européen France – Franche-Comté, l’Union des Fédéralistes Européens – Franche-Comté, le Forum Transfrontalier Arc Jurassien et la Maison de l’Europe Transjurassienne réagissent au résultat du scrutin du dimanche 9 février 2014 où le peuple suisse, à une très courte majorité, a suivi un parti populiste décidé à fermer les frontières et défier l’Europe.

Concrètement, toutes les procédures de négociation de la Suisse avec L’Union européenne sont remises en question. Paradoxalement, les électeurs suisses, par leur vote à l’issue serrée, interrogent l’ensemble des peuples européens à la veille des élections du 25 mai prochain.

Les cantons de l’Arc jurassien, parmi les plus touchés par le chômage en comparaison Suisse, sont ceux qui ont refusé avec le plus fort pourcentage (61 %) la proposition protectionniste d’un parti isolationniste.

Ce positionnement dynamique démontre que les mesures d’accompagnement prises par ces cantons traditionnellement ouverts ont garanti une meilleure stabilité à certains secteurs et ont permis d’assurer à la fois l’emploi des Suisses et le nécessaire appoint de compétences étrangères.

Historiquement, avec sa force de formation, de recherche, de production, de promotion et de vente, la région a développé de Genève à Bâle et de Besançon à Neuchâtel une économie performante sur le marché mondial, fondée notamment sur les micro-techniques et l’horlogerie. Cette économie prospère s’appuie depuis toujours sur une main d’œuvre transfrontalière.

Dès lors, les pouvoirs publics suisses et français sont invités à :

  • confirmer leur engagement envers le principe de libre circulation, l’un des principes fondateurs de l’Union européenne, en dépit de la décision d’une majorité des électeurs suisses d’introduire des contingents ; la libre circulation s’entend pour tous les citoyens sans exception ;
  • consolider l’emploi transfrontalier, facteur de développement commun de l’Arc jurassien, à la fois franc-comtois et suisse ;
  • poursuivre et renforcer, avec tous les outils à disposition, les efforts visant à développer la coopération transfrontalière.

Transfrontière, l’Arc jurassien franc-comtois et suisse souhaite que son co-développement ne soit pas entravé par des mesures protectionnistes contraires à ses intérêts.

Aujourd’hui, dans un contexte de confusion et de grande incertitude, nous souhaitons défendre ardemment les valeurs de paix, de solidarité et d’échanges entre les peuples d’Europe, auxquels nous, les soussignés, revendiquons d’appartenir

P.-S.

Appel du 11 février signé par :

  • Jacques-André Tschoumy, président du Forum transfrontalier
  • Marcel Schiess, secrétaire général du Forum transfrontalier
  • François Mennerat, président du Mouvement Européen Franche-Comté et vice-président de l’UEF - Franche-Comté
  • Jacques-André Maire, président du NOMES-Neuchâtel
  • Touria Derrous-Brodard, présidente de la Maison de l’Europe transjurassienne

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :