Harlem Désir peut-il éviter l’abstention aux élections européennes du 25 mai ? Communiqué — Paris, le 10 avril 2014

L’Union des fédéralistes européens (UEF-France) regrette que l’Europe soit encore une fois considérée par nos gouvernants comme une simple variable d’ajustement des remaniements ministériels avec la nomination d’Harlem Désir, douzième titulaire de ce portefeuille en 12 ans. Notre organisation demande au nouveau Secrétaire d’État de sonner la mobilisation pour que nous n’ayons pas un nouveau record d’abstention lors des élections aux Européennes du 25 mai.

Alors que nous sommes à moins de deux mois de l’élection, on change encore en France l’organisation ministérielle autour des Affaires européennes explique Fabien Cazenave, porte-parole de l’UEF-France. Le nouveau Premier ministre, Manuel Valls, a en outre peu parlé de l’Europe dans son discours de politique générale, il faut que notre gouvernement comprenne que les élections européennes ne seront pas un nouveau scrutin national.

Harlem Désir a participé à l’organisation de la stratégie du Parti socialiste pour ces élections européennes. Il connaît donc l’opportunité offerte aux citoyens de choisir, pour la première fois, qui sera le prochain président de la Commission. Par conséquent, l’UEF-France demande au nouveau Secrétaire d’État :

  • de favoriser la diffusion sur une « grande » chaîne et en direct du débat présidentiel entre les candidats à la présidence de la Commission qui aura lieu en mai via le réseau European Broadcast Union.
  • de lancer une grande campagne d’information numérique dès maintenant.
  • de se transformer en « Monsieur élection européenne, mode d’emploi » dans les médias traditionnels.
  • de privilégier la lutte contre l’abstention en France plutôt que la représentation en Europe.
  • de travailler avec le CSA pour contrôler le niveau d’information sur l’Europe dans les médias
  • de travailler avec l’AFP pour que les questions européennes aient autant d’importances que les questions nationales.

Alors que France 2 a décommandé Martin Schulz, dandidat à la présidence de la Commission européenne, car Marine Le Pen voulait débattre avec « un Français », Harlem Désir a tout un champs des possibles à labourer dans les médias conclut Fabien Cazenave.

L’Union des fédéralistes européens salue par ailleurs le combat victorieux mené par Thierry Repentin pour que la propagande électorale ne soit pas supprimée aux Européennes.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :