« Pour la première fois, les électeurs, par leur vote, désigneront le futur président de la Commission européenne. » Le président de la République s’engage sur le processus de nomination du président de la Commission européenne

, par Valéry-Xavier Lentz

Le président de la République française, François Hollande, s’est exprimé en ce jour de commémoration de l’armistice de 1945 dans une tribune publiée par le journal Le Monde intitulée « L’Europe que je veux ».

Pour la première fois il s’exprime sans ambiguïté sur la procédure de nomination du président de la Commission européenne : Le 25 mai prochain, chacun sera appelé à se prononcer sur la voie à suivre. Le résultat de ce scrutin déterminera la direction que l’Europe prendra pour les cinq prochaines années, et les responsables qui l’incarneront. Pour la première fois, les électeurs, par leur vote, désigneront le futur président de la Commission européenne. Combien le savent aujourd’hui ?.

Cette position est conforme aux attentes des fédéralistes européens qui demandent aux candidats au Parlement européen de signer un engagement où il est notamment demandé que le futur président de la Commission européenne soit choisi parmi les candidats proposés par les partis politiques européens durant la campagne électorale.

Elle vient contredire les propos condamnables de Herman Van Rompuy, président du Conseil européen qui laissait entendre dans De Standaard le 30 avril dernier que son institution pourrait ignorer les candidats présentés par les partis politiques européens.

Il convient toutefois de rester vigilant envers le Conseil européen et exigeant envers les députés européens qui seront élus le 25 mai pour que ce processus nouveau, véritable progrès démocratique, puisse être mené à son terme.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :